100 ème Anniversaire du 1er enregistrement de jazz réalisé
par un groupe de musiciens blancs à Chicago le 26 février 1917

Le Jazz est né fin 19ème/début 20ème siècle dans le sud des Etats-Unis, au sein de la communauté Afro-américaine essentiellement à la Nouvelle Orléans.
Les esclaves arrachés à leur terre natale priaient et chantaient au rythme de leur dur labeur.
Les propriétaires blancs les amènent à apprendre et chanter leurs chants religieux. Ils les chanteront à leur manière. Cela deviendra le « negro spiritual » puis, plus tard le Gospel.
Durant la guerre de sécession, les Afro-américains accèdent aux instruments comme les cuivres et percussions. En 1865, ils apprennent à jouer progressivement du violon et du piano.
Ils trouvent de petits emplois dans l’industrie du divertissement, la ségrégation ayant pris le relais de l’esclavage. Ils s’associent néanmoins pour former des fanfares et jouer à l’occasion de mariages, d’enterrements …
Le ragtime est né à la Nouvelle Orléans, musique syncopée qui a rythmé les danseurs de la Louisiane. Il s’est répandu ensuite et a donné naissance au Jazz. La Nouvelle Orléans a donc bien été le berceau du Jazz, vers 1890. Deux styles se sont détachés : le style New Orleans (noir) et le Dixieland (blanc).
Le 26 février 1917 a eu lieu de premier enregistrement de Jazz, à Chicago, celui de « Livery Stable Blues » réalisé par « The Original Dixieland Jazz Band ». C’est ce groupe de musiciens blancs qui a enregistré une musique qui était née, à l’aube du 20ème siècle,  dans la société noire de la Nouvelle-Orléans.